Une ratification illégitime sur fond de désinformation

 

mensongesLa ratification du traité de Lisbonne par voie parlementaire a été achevée par sa publication au Journal Officiel, jeudi 14 février, jour de la saint Valentin. Or c'est plutôt d'un divorce dont il est ici question... entre le peuple et ses élites.

 

De fait, cette manoeuvre politicienne s'apparente à un véritable Coup d'Etat parlementaire qui s'est opérée dans un silence assourdissant, sans véritable analyse de fond, ni débat. Le suffrage universel a été purement et simplement trahi. Durant sa campagne, Nicolas Sarkozy avait en effet affirmé que le Traité Constitutionnel Européen de 2005 était enterré. Il proposait alors aux partenaires européens un "nouveau traité simplifié" ou "mini-traité" qui serait d'ordre "purement technique", permettant simplement de "fonctionner à 27". Il argumentait que, pour cette raison, il n'y aurait pas besoin d'un nouveau referendum. Mais dans les faits, notre Président a perdu ce combat, tout en continuant à affirmer haut et fort qu'il y a réussi.

 

Cette ratification s'appuie sur une série de mensonges, ce qui la rend illégitime, malgré sa légalité formelle :

 

- 1er mensonge : un traité "simplifié". Ce traité n'est pas simplifié : 256 pages, des références externes contraignantes, douze protocoles additionnels qui fonctionnent en réseau, etc. Il est plus difficile à lire que le précédent. Continuer de le présenter sous le qualificatif de "simplifié" est une contre-vérité flagrante. Il n'y a d'ailleurs qu'en France que nous parlons de traité "simplifié".

- 2ème mensonge : un traité "nouveau". Ce traité n'est qu'une copie remaquillée du TCE rejeté par les Français en 2005. Selon M. Giscard d'Estaing, « les gouvernements européens se sont mis d'accord sur des changements cosmétiques à la Constitution pour qu'elle soit plus facile à avaler ». L'ancien président de la Convention précisait encore le 23 octobre que « les propositions originelles ont simplement été dispersées dans les anciens traités sous la forme d'amendements ». Même le Conseil Constitutionnel a reconnu que c'était le même.

- 3ème mensonge : une initiative de Sarkozy. Or ce n'est pas Sarkozy qui en est à l'origine, mais le groupe "Amato" autrement nommé Comité d’action pour la démocratie européenne (ACED), un groupe de politiciens européens, financé par une multinationale. Le 4 juin 2007, le groupe a rendu public un texte en français, qui reprend l’essentiel de l’ancien TCE sous la forme d’amendements aux traités préexistants. Guilano Amato compare alors sa proposition avec celle de traité simplifié faite par Sarkozy : « La différence, c’est que notre traité a été mis par écrit ». Les 21-23 juin 2007, la proposition de Sarkozy a été refusée au sommet de Bruxelles par l'ensemble des partenaires européens : pas de traité simplifié, mais un "traité modificatif".

- 4ème mensonge : un traité "purement fonctionnel". Pourtant, les dogmes du libre-échange généralisé et de la "concurrence libre et non faussée", contre lesquels Nicolas Sarkozy s'était pourtant élevé, sont repris dans différents articles et textes additionnels (protocole 6). Alors que le candidat Sarkozy dénonçait « une banque centrale qui ne peut pas continuer à n'avoir de comptes à rendre à personne » (le 28 mars à Lille), l'indépendance de la BCE est réaffirmée. De plus, l'OTAN (sous commandement américain) reste le cadre de la politique étrangère européenne. Et le communautarisme latent de la Charte des droits fondamentaux, annexée au traité, est lourd de menaces pour notre pacte républicain.

- 5ème mensonge : ce n'est "pas une constitution". En fait, certains de nos partenaires souhaitaient conserver ce titre, mais ils y ont renoncé pour faire avaler la pilule aux Français. Or l'essentiel du contenu demeure. C'est la plus grosse délégation de souveraineté jamais faite et qui de plus donne la personnalité juridique à l'union. On a donc sciemment cherché à en minimiser l'importance.

Toute personne douée d'un ordinateur, d'internet et d'un cerveau peut vérifier tout cela. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été élu ne justifie rien : les 31% du premier tour n’ont pas été un chèque en blanc autorisant n’importe quel reniement. Ne jouons pas le rôle de l'idiot utile. Ce que Nicolas Sarkozy a fait voter par voie parlementaire, avec la complicité de la droite comme de la gauche, ne correspond pas aux annonces de campagne. Pire, c'est une insulte à la démocratie.

Rappelons-nous l’extraordinaire débat public de 2005, tel que la France n’en avait peut-être jamais connu : partout, dans toute les chaumières, dans tous les bistrots de France et de Navarre, au boulot, dans le métro, même au dodo, on ne parlait que de ça. Le 29 mai 2005, 70% des électeurs s’étaient déplacés aux urnes, emportés par la nécessité du débat. Et 55% avaient voté "non", en âme et conscience, malgré la propagande quasi unanime des partis et des médias dominants en faveur du "oui". Cet exploit politique avait stupéfié jusqu’à nos voisins dont la presse s’étonnait de cette vivacité civique en France. Et c’est bien du TCE dont il avait été question dans les discussions, contrairement à la mythologie du "vote sanction" ou du "ils se sont trompés de vote". Il suffisait, pour se faire un avis sérieux, de lire et commenter quelques-uns des articles au contenu totalement inacceptable, sans avoir besoin de se perdre dans le labyrinthe d’une lecture intégrale. Et cela, les Français l’ont fait. C’est d’ailleurs ce que nos experts en technocratie et leurs supporters n’ont pas accepté : que de simples citoyens, des "mal-nés", des "Français d’en bas", se donnent le droit d’évaluer et de rejeter les principes et l’esprit de ce mécano institutionnel. Nombreux sont ceux qui en ont voulu à J. Chirac pour ce “coup de poignard dans le dos”. Et il faut les entendre, encore et toujours, clamer haut et fort que “le référendum était une erreur”, qu’il “a fait perdre un temps précieux à l’Europe”… Heureusement que la “voie de la sagesse” a depuis été retrouvée. Loin du "vacarme" populaire et démocratique...

Qu’avez-vous donc fait de cet immense potentiel civique qu’avaient manifesté les Français, Mesdames et Messieurs les représentants du Peuple ? De la charpie ! Avec vos procédés anti-démocratiques vous êtes une chape de plomb qui tombe sur notre République. Alors que vous aviez toutes les cartes dans vos mains pour rebondir sur cet extraordinaire élan populaire et civique, afin de réorienter l’Union européenne dans le sens de la politique et des peuples.

Honte à cette élite qui ne mérite pas le Peuple qu’elle a !

Aux votes, citoyens ! Formez vos bataillons (politiques) !

Mathieu Lavarenne

 

*   *   *   *   *

Sur le 29 mai 2005 :

29 mai 2005 : Quelques articles suffisent à dire "non" !

29 mai 2005 : Un non frileux, bête et xénophobe ?... Une secousse politique.

Sur la trahison du Traité de Lisbonne :

10 février 2008 : Un couvercle sur la marmite. La sourde révolte contre l'adoption en catimini du traité de Lisbonne.

19 janvier 2008 : Les coulisses du Traité de Lisbonne, ou comment tout a été fait pour contourner le "non" des Français.

20 octobre 2007 : L'entourloupe de M. Sarkozy. Nouveau traité européen : complexe simplification et franche trahison.

Autres articles :

20 novembre 2011 : Déséquilibre européen : L'Europe, l'Europe, l'Europe ?

22 juin 2011 : La question européenne