Depuis 1977, j’ai grandi à Mooslargue, petit village sundgauvien, à deux pas de la Suisse romande, entre Altkirch et Ferrette, où je réside à nouveau depuis plusieurs années. Dans la foulée d'une seconde "productique et technologie des systèmes informatisés", j’ai passé un bac Mathématiques et Techniques (E), suivi par des études de philosophie à Strasbourg. Après avoir été professeur de philosophie en Moselle, j’enseigne aujourd’hui l’histoire-géographie et le français en lycée professionnel à Altkirch. Je donne aussi des cours pour le Greta (formation pour adultes) ainsi qu'à l'Université de Haute-Alsace (IUT GEII).

Pendant mes études, j’ai participé activement à l’association Attac à ses origines, dès 1998, inquiet des excès de la mondialisation et de la montée des inégalités, cherchant à comprendre le fonctionnement des institutions internationales (FMI, Banque Mondiale, OMC, etc) et européennes (BCE, Commission, le lobbying...).

En 2001, je passe à l’engagement dans la gestion locale, étant élu conseiller municipal à Mooslargue dans mon village d’origine.

Je me suis ensuite engagé sur les questions nationales, en dehors des partis traditionnels, considérant que la ligne actuelle du partage droite/gauche n’est plus représentative des enjeux de notre temps (les dérégulations monétaires, financières, sociales ou encore institutionnelles), tout en refusant les extrêmes, toujours stériles, quand ils ne sont pas les instruments du pouvoir en place. Conscient que la politique oblige à des compromis, mais conservant toujours ma liberté de jugement, j’ai répondu à l’appel de personnalités qui ont proposé, à un moment de leur parcours, de bousculer le paysage des partis politiques, dans une logique de rassemblement des citoyens.

En 2002, à 25 ans, j’ai donc été candidat aux élections législatives dans la 1ère circonscription du Haut-Rhin (Colmar), investi par le Pôle Républicain de Jean-Pierre Chevènement (« au-dessus de la droite et de la gauche, il y a la République »), pour lequel je m’étais engagé dans la campagne présidentielle par un « tour de France républicain » (Marseille, Toulon, Nice, Brest, Le Havre, Caen, Nancy, Bordeaux...), en tant que délégué départemental de "Génération République". Je n'ai toutefois pas rejoint le MRC qui sera créé dans la foulée, après avoir tenté d'analyser les raisons de cet échec.

En 2007, ne trouvant toujours pas mon compte dans le panorama politique, je suis à nouveau candidat aux législatives dans la 3ème circonscription du Haut-Rhin (Altkirch/Thann), pour Plateforme2007, un parti dont je suis un des membres fondateurs, devenu peu après le Rassemblement des Citoyens pour la République, dont la base programmatique et analytique reste consultable et performante.

Vice-président dès l’origine du Cercle Républicain 68, fondé en 2003 par Edouard Boeglin, historien, journaliste et conseiller municipal à Mulhouse, je lui ai succédé en 2009 comme président, suite à son décès. C'est un club de réflexion politique qui transcende les clivages actuels. Dans ce cadre, nous avons proposé à Mulhouse un débat public contradictoire avec la quasi-totalité des têtes de liste régionales ou départementales, à l’occasion des élections régionales de 2010. Nous avons aussi activement milité contre les "ordinateurs de vote" et pour la sauvegarde du patrimoine, notamment industriel.

Fin 2010, sollicité pour participer à la structuration de la fédération haut-rhinoise de République Solidaire, mouvement « au-delà des appartenances partisanes » impulsé par Dominique de Villepin, autour de trois piliers (valeurs républicaines et laïcité / justice sociale / indépendance de la France), dans l'optique de la présidentielle 2012, j’en suis devenu l’un des responsables départementaux, faisant remonter autant que possible analyses et propositions pour un programme politique en cours de rédaction (notamment sur la nécessité d'un front républicain, sur le divorce grandissant entre le peuple et ses élites, sur le nucléaire au thorium ou encore sur la question européenne), jusqu’au début de l’année 2012, lorsque j’ai cessé les frais, à nouveau déçu.

En mai 2012, j’ai été le suppléant du Préfet honoraire Alain Koegler aux élections législatives dans la 3ème circonscription  du Haut-Rhin (Altkirch/Saint-Louis), dans le cadre d’une candidature indépendante « au service de l’intérêt général ». Nous nous sommes approchés des 5%, mais ce fut bien insuffisant.

Début 2013, devant la complexité du projet proposé, devant les marchandages politiciens et le manque d'envergure des réformes proposées, je me suis engagé contre le bricolage institutionnel de la Collectivité Territoriale d'Alsace.

Le blog Referendum.Alsace, que j'ai continué d'animer jusqu'en 2015, vu les rebondissements d'après-referendum, a connu une augmentation exponentielle de sa fréquentation jusqu'à dépasser les 1 000 visiteurs uniques par jour (plus de 3 200 le jour du scrutin) et atteindre un total cumulé de 22 000 visiteurs uniques en quelques semaines, sans compter les rebonds de la diffusion par internet. Alimenté par mes nombreuses infographies (dont certaines ont été diffusées à plusieurs milliers d'exemplaires dans les rues alsaciennes, par d'autres initiatives militantes), ce blog a été notamment référencé comme le "blog du non" par le journaliste Olivier Bost sur le site internet de France Info, tout en ayant été largement négligé par la presse locale. L'universitaire Georges Bischoff y a exprimé son point de vue. J'ai aussi été sollicité par l'un des vice-présidents du Conseil général du Haut-Rhin pour publier une tribune pour le non, refusée par la presse.

En mars 2014, je suis réélu au conseil municipal, élu premier adjoint (contre l'avis du maire, ce qui m'a mis dans la position peu commune de premier adjoint de cohabitation) dans le village de Mooslargue et conseiller communautaire de la Comcom de la Largue (fusionnée en 2017). En avril 2014, je deviens aussi président du "Syndicat intercommunal aux affaires scolaires" de Liebsdorf-Mooslargue. Je me désolidarise toutefois de la gestion communale en janvier 2015, en démissionnant de mes fonctions d'adjoint, tout en restant au conseil municipal.

 

Au-delà de la politique, je suis actif dans d'autres domaines :

- Depuis 2016 : administrateur et vice-président de l'UDBA 68 (Union départementale du Bénévolat Associatif du Haut-Rhin)

- Depuis 2012 : secrétaire de l'association Lumière pour Tous. Encadrement d’un projet de développement au Burkina Faso (installation photovoltaïque dans une école à Boromo, avec un groupe de jeunes en Terminale Bac Pro électrotechnique). J'ai encadré ces voyages en février 2012 et avril 2013.

- Depuis 2008 : correspondant de presse pour les Dernières Nouvelles d’Alsace (histoire, culture, art, musique, théâtre, vie locale). Collaborations musicales avec la chanteuse Aelle, la Compagnie L'Indocile (TAPS Strasbourg, réseau des médiathèques, etc.), ou encore l'ensemble vocal "Muses" (musicien invité sur l'album "Sensorielles" sorti en décembre 2016, concert à la Librairie Kléber de Strasbourg).

- Depuis 2003 : création de spectacles en plein air ("Gilgamesh", "Gargantua", "Don Quichotte", "Hisse et Ho", "Galaxie Mattatrix", "le Banquet de Belzébuth" à Mooslargue, "Mattaféeries" et "Poussières d'étoiles" à la Forêt enchantée d'Altkirch, "Chrysalides" pour le projet Stuwa 2016 à Bisel, "Du beau, du bon, du bon lait" dans le grand théâtre du parc expo de Colmar en partenariat avec la société Aquatique Show International, "le Tour du monde en 80 jours" au plan d'eau de Courtavon) : musique, écriture et/ou supervision du chantier, avec la troupe des Mattagumber.

- Depuis 2002 : l'un des musiciens fondateurs du groupe de Chanson française La Poupée du Loup Instruments joués : mandoline, mandoloncelle, oud, flûtes, percussions. Enregistrement de deux albums : "Le Rituel Mélange - 2005" // "Toutes les morsures - octobre 2013" // Le troisième est en chantier.

 

- Janvier-mars 2015 : lauréat avec La Poupée du Loup du tremplin musical "C'est ma chance" sur France Bleu National, grâce à "Lucien", une composition en hommage au Poilu Lucien Bersot. Album chroniqué par Eric Bastien dans Le Mag Musiques de Laurent Petitguillaume. Enregistrement d'une émission d'une heure à la Maison de la Radio à Paris (Elo Mélodie), avec un morceau interprété en "live". Enregistrement d'une émission Note'in blue sur France Bleu Alsace avec François Pinganaud. Enregistrement de trois titres en live pour France Bleu Belfort Montbéliard (2016).

- Janvier 2014 : crédité comme co-compositeur et interprète de deux extraits instrumentaux (l’un de 16 secondes, l’autre de 61 secondes) de la bande originale de la grosse production hollywoodienne en 3D, The Legend of Hercules sortie le 10 janvier 2014 aux Etats-Unis (le 19 mars en France), réalisé par Renny Harlin, connu notamment pour Die hard 2 : 58 minutes pour vivre avec Bruce Willis (1990), Cliffhanger (1993) et Driven (2001) avec Stallone.

- Mai 2010 : voyage d’étude en Italie (visite d’écoles, de lycées, d’universités, rencontre d’acteurs associatifs et politiques).

- Février 2005 : voyage d’étude en Russie (visite d’écoles, de lycées, d’universités, d’entreprises, rencontre d’acteurs politiques).

- 2002 : cité dans les remerciements d'ouverture de l'édition de poche GF Flammarion des "Fragments" d'Héraclite, traduits et présentés par Jean-François Pradeau.

- 1998 : obtention d’une maîtrise en Philosophie à Strasbourg. Mémoire de maîtrise cité en bibliographie du livre "Le Feu Sacré" du philosophe et médiologue Régis Debray (2003).

- Entre 1997 et 2005 : musicien du groupe Au Gré des Vents (musiques alsacauvergnaroumanoïrlandoceltes) : guitare, contrebasse, percussions. Recherches sur les musiques, danses et traditions populaires d'Alsace. Enregistrement de deux albums autoproduits ("Le colporteur" en 1997 et "La Fiancée du diable" en 2001), distribués nationalement par L’Autre Distribution. Enregistrement d'un album avec le groupe Zipfelkapp ("Gesch’t Het un Morn" - 2001) et de musiques pour plusieurs documentaires du réalisateur alsacien Vincent Froehly.